Quinzaine Des Réalisateurs, 2019

BDFCI : Quinzaine Des Réalisateurs (2019)

Pas de visuel
disponible

Cannes 2019 – ‘Une fille facile’ et ‘Alice et le maire’ distingués à la Quinzaine des réalisateurs

10/06/2019 à 09:05, B.G

La sélection non-compétitive de Cannes remet quelques prix décernés par ses partenaires.


La Quinzaine des réalisateurs, qui s’est tenue du 15 au 23 mai, s’est achevée sur le film Yves de Benoît Forgeard.

Avant, une série de prix décernés par les partenaires de la section parallèle ont récompensé deux longs métrages de la sélection ainsi qu’un court métrage.
Le prix SACD 2019 a été décerné ce soir par Dominique Sampiero, auteur, scénariste et membre de la commission cinéma de la SACD, au film Une fille facile de Rebecca Zlotowski dont le scénario est coécrit avec Teddy Lussi-Modeste.
"C’est Une fille facile, le film troublant et fascinant de Rebecca Zlotowski (...) que le jury de la SACD a voulu récompenser par ce prix. Et, à travers lui, le personnage de Zahia Dehar, figure suggérée d’escort girl lectrice de Duras qui emporte le récit vers un conte moral moderne, jeune femme incarnant avec son personnage 'l'insoutenable légèreté de la femme', avec, à fleur de peau, une étrange innocence lui permettant d’échapper aux humiliations de la domination masculine et nous laissant finalement à son égard un sentiment d’infinie tendresse", s’est ainsi exprimé Dominique Sampiero.
Une fille facile sera distribué dès le 28 août par Ad Vitam.
De son côté, l’Europa Cinemas Cannes Label a été remis à Alice et le maire de Nicolas Pariser, qui sortira le 2 octobre sous la bannière de Bac Films. Le jury a émis la déclaration suivante : "Tout d’abord, félicitations à la Quinzaine pour la qualité toujours excellente de la sélection cette année. Malgré cela, notre choix d’Alice et le maire a été unanime. C'est un film très bien fait : joliment écrit, clair, concis et stimulant intellectuellement sans être prétentieux. Il s’agit d’un aperçu opportun et très pertinent de l’orientation des politiques et de la politique européennes, mais jamais à plat ou didactique. Les performances sont très fortes, bien que ce ne soit en aucun cas un véhicule vedette pour ses acteurs principaux, aussi brillants soient-ils. Le film vient en premier. Nous sommes convaincus qu'il aura un large attrait sur le réseau Europa Cinemas et peut susciter un débat animé parmi nos spectateurs."
Enfin, le prix Illy du court métrage a récompensé Pham Thien An pour Stay Awake, Be Ready.


Reprise de la Quinzaine des Réalisateurs

29/05/2019 à 11:12, B.G

Rendez‑vous incontournable du 7e Art, la Quinzaine 2019 fait route vers l’inattendu, le singulier, le sensible et le visionnaire.



Cannes 2019 - La sélection de la 51e Quinzaine des réalisateurs

02/05/2019 à 22:12, B.G

Signée par le nouveau délégué général Paolo Moretti, elle est notamment marquée par une très forte présence française et un nombre de titres en augmentation.


La conférence de presse de cette 51ème Quinzaine des réalisateurs s’est à nouveau déroulée au Forum des Images. 26 longs métrages ont été retenus, soit un nombre bien supérieur aux moyennes des précédents sélections, la programmation des courts et moyens métrages étant composée de douze titres.
Sept films français font partie de cette sélection, qui sera ouverte par Le Daim de Quentin Dupieux et clôturée par Yves de Benoît Forgeard. Deux auteurs singuliers à l’univers très marqué, dont les œuvres pourraient résumer la couleur à cette édition. A leurs côtés figure On va tout péter de Lech Kowalski, véritable chantre de la contre-culture qui n’a de cesse de filmer la marge, le nouvel opus de Bertrand Bonello, Zombi child, situé à la frontière entre l’ethnologie et le fantastique, mais aussi Une fille facile de Rebecca Zlotowski, dont l’un des personnages principaux est incarné par l’ex escort-girl Zahia Dehard ou encore Perdrix (titre provisoire), premier long métrage de Erwan Le Duc, remarqué il y a trois ans à la Semaine de la Critique. Et Nicolas Pariser continue son exploration très personnelle de la vie politique française dans Alice et le maire, interprété notamment par Fabrice Luchini.
Cette édition sera aussi marquée par des retours de cinéastes déjà venus à la Quinzaine, comme la réalisatrice afghane Shahrbanoo Sadat. Après avoir présenté en 2016 Wolf and Sheep, elle revient avec The orphanage (Parwareshgah). Quant à Takashi Miike, sélectionné en 2015 avec Gokudo Daisenso, il opère son retour avec Hatsukoi. Deux œuvres aux univers vraisemblablement diamétralement opposés mais qui prouvent la volonté de Paolo Moretti d’explorer la plus large palette possible du cinéma d’auteur mondial.
L’un des points d’orgue de cette édition sera une masterclass donnée par Robert Rodriguez, suivie d’une projection de son dernier opus Red 11, plongée marquante dans l'univers de la recherche médicale.

Attention la vidéo ci-dessous commence en avançant de 8 minutes


Liste des films de la 51e édition

Longs métrages

Ouverture
Le Daim de Quentin Dupieux, produit par Atelier de production, vendu par WTFilms, distribué par Diaphana Distribution, sortie le 19 juin

Clôture
Yves de Benoît Forgeard, produit par Ecce Films, vendu et distribué par Le Pacte, sortie le 26 juin

Sélection
Alice et le Maire de Nicolas Pariser, produit par Bizibi, vendu et distribué par Bac Films, sortie le 2 octobre
And Then We Danced de Levan Akin
Ang Hupa (The Halt) de Lav Diaz
Canción sin nombre (Song Without a Name) de Melina León, distribué par Sophie Dulac Distribution
Give Me Liberty de Kirill Mikhanovsky, distribué par Wild Bunch Distribution, sortie le 24 juillet
Ghost Tropic de Bas Devos
Hatsukoi (First Love) de Takashi Miike
Huo zhe chang zhe (To Live to Sing) de Johnny Ma
Koirat eivät käytä housuja (Dogs Don’t Wear Pants) de Jukka-Pekka Valkeapää
The Lighthouse de Robert Eggers
Lillian de Andreas Horwath
Oleg de Juris Kursietis, distribué par Arizona Distribution
On va tout péter de Lech Kowalski
Les Particules de Blaise Harrison, produit par Les Films du Poisson, vendu et distribué par Les Films du Losange
Parwareshgah (The orphanage) de Shahrbanoo Sadat
Perdrix - titre provisoire - d’Erwan Le Duc, distribué par Pyramide Distribution, sortie le 14 août
Por el dinero (For the Money) d’Alejo Moguillansky
Sem seu sangue (Sick Sick Sick) d’Alice Furtado
Tlamess d’Ala Eddine Slim
Une fille facile de Rebecca Zlotowski, produit par Les Films Velvet, vendu par Wild Bunch, distribué par Ad Vitam, sortie le 28 août
Wounds de Babak Anvari, diffusé sur Netflix à l'international
Zombi Child de Bertrand Bonello, produit par My new Picture, Les Films du Bal, distribué par Ad Vitam, sortie le 12 juin

Séances spéciales
Masterclass Robert Rodriguez suivie de Red 11
The staggering girl de Luca Guadagnino

Courts et moyens métrages
Deux sœurs qui ne sont pas sœurs (Two Sisters Who Are Not Sisters) de Beatrice Gibson
Les Extraordinaires Mésaventures de la jeune fille de pierre (The Marvelous Misadventures of the Stone Lady) de Gabriel Abrantes
Grand Bouquet de Nao Yoshigai
Hãy Tỉnh Thức Và Sẵn Sàng (Stay Awake, Be Ready) d’An Pham Thien
Je te tiens de Sergio Caballero
Movements de Dahee Jeong
Olla d’Ariane Labed
Piece of Meat de Jerrold Chong et Huang Junxiang
Plaisir fantôme de Morgan Simon
That Which Is to Come Is Just a Promise de Flatform

Carrosse d'or: John Carpenter + film The Thing

Le Carrosse d’or a été remis à John Carpenter lors de la soirée d’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs. Ce prix rend hommage à un cinéaste qui a marqué l’histoire du cinéma par son audace, son exigence et son intransigeance dans la mise en scène


 Juste avant la remise du Carrosse d’or, la réalisatrice Katell Quillévéré et Yann Gonzales ont pu dialoguer en public avec l’immense réalisateur de films d’horreur. Un moment périlleux !


 

Masterclass intégrale John Carpenter